"Huit jours après la pleine lune" P. 28:

Nous passons la soirée à décorer le sapin, surtout le sapin. La maison, on laisse ça à maman. Elle est persuadée qu’on n’est pas doués pour ça, qu’elle seule détient l’art de disposer tout cela bien comme il faut. Nous la laissons prendre un air inspiré pour choisir le bon endroit pour chaque babiole, petite ou grosse, comme si l’équilibre du décor pouvait remettre en cause l’équilibre même de la maison jusqu’aux fondations. Et au final, après mûres réflexions, plusieurs questions à la cantonade dont elle n’écoute pas les quelques rares réponses, chaque chose se retrouve très exactement à la même place que l’année passée, celle d’avant et sans l’ombre d’un doute l’année prochaine.

Chaque chose à sa place et une place pour chaque chose.

Maman aime bien les dictons, proverbes, adages et autres maximes populaires. Je crois que si elle pouvait, elle ne s’exprimerait qu’ainsi. Parce que comme ça, tout serait bien rangé, y compris les choses qu’on a à dire.